Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/sdb/b/2/geo.phile/tmp/cache/skel/html_68fab292a4cd9e8db84653e1a9757573.php on line 315

MUSIQUE TRADITIONNELLE

dimanche 26 octobre 2008

La musique « traditionnelle » ests le fait des griots. Les griots correspondent à ce qu’étaient nos troubadours et trouvères, à cette grande différence près qu’il s’agit d’une activité réservée à une caste de la société.

On est griot de naissance. On meurt griot, même si en fait on a passé sa vie en tant que cadre dans une société d’informatique.
A l’inverse, on n’a pas le droit d’exercer la profession de griot si on n’est pas de cette caste. Le monde occidental a pris conscience de cet aspect lorsque Salif Keita a commencé d’être connu. Keita, donc « noble », il était absolument inimaginable qu’il chante. et c’est une force de caractère peu commune qui lui a permis de continuer.

Le savoir faire se transmet de père en fils, mais le « savoir » aussi. La fonction du griot est aussi celle de la mémoire. Il dit, récite, chante l’histoire des familles.

Un des meilleurs exemples de ce savoir transmis par les griots est « Soundjata », la grande geste du Mali. Dont Djibril Tamsir Niane a livré un petit livre : Soundjata ou l’épopée mandingue, publié chez Présence Africaine (rééditions incessantes depuis sa première édition en 1960.

Mais le lecteur doit bien avoir conscience que cet ouvrage est un court résumé de ce que les griots transmettent lorsqu’ils racontent cette épopée. Il leur faut plusieurs nuits pour arriver au bout de leur narration.

En savoir plus sur les griots.

"Regard vers le passé" (voir les documents video joints) du Bembeya Jazz est un bel exemple de version moderne de cette geste des griots. Il s’agit cette fois de l’épopée d’un autre héros d’Afrique de l’ouest : Samory Touré qui mena la résistance à la colonisation française.